Home / Economie / Changement pour vos paiements

Changement pour vos paiements



En vertu de la directive européenne sur le PSD II, l'authentification forte des clients est devenue progressivement obligatoire dans toute l'Europe depuis le 14 septembre. Explications

Depuis samedi, fournir un numéro de carte de crédit (et le code CVC au verso de la carte) ne sera plus suffisant pour effectuer un paiement en ligne, conformément à la directive européenne PSD II. Désormais, il sera nécessaire de "signer" la transaction avec un lecteur de carte ou un smartphone.

Pour beaucoup de Belges, ce n'est pas vraiment une nouveauté car de nombreuses banques appliquent déjà une procédure d'authentification forte. " Il est vrai que nous avons déjà un niveau de sécurité très élevé en Belgique ", a déclaré Rodolphe de Pierpont, porte-parole de Febelfin, l'organisation du secteur bancaire.



Il est vrai que nous avons déjà un niveau de sécurité très élevé dans l'ensemble en Belgique.

Rodolphe de Pierpont

Porte-parole de Febelfin

Cette authentification forte implique pour ses clients de l'identification à au moins deux caractéristiques : quelque chose qu'ils savent ( de code PIN ). , qu'ils possèdent (smartphone ) ou qui leur sont propres ( empreinte digitale ).

Exceptions

Des exceptions à cette exigence d'authentification renforcée restent possibles pour les paiements sans contact en magasin, de petites quantités en ligne les droits de péage ou transferts à des bénéficiaires "de confiance"

En outre, de nombreuses parties prenantes n'étant pas prêtes, un report a été autorisé par les autorités européennes, selon Belfius. " Le moment exact de ce rapport n'est pas encore connu pour la Belgique ", a déclaré Ulrike Pommée, son porte-parole. " Concrètement, cela signifie que les paiements validés d'une certaine manière aujourd'hui peuvent continuer à être valables pendant cette période. "

Opérations bancaires ouvertes

À propos, la directive autorise les consommateurs et les entreprises d'ouvrir leurs comptes de paiement à des tiers par exemple, à une autre banque ou à une application permettant de collecter leurs données afin de leur donner une vision globale de leur situation.

Dans quel but? " Si vous autorisez votre banque ou un tiers à consulter vos comptes de paiement avec toutes les autres banques dont vous êtes un client, cette banque ou ce tiers peut les combiner en une seule application pratique ", répond Febelfin.

" Par exemple, imaginez une application qui vous aide à planifier votre budget ou une application qui vous indique en un coup d'œil les dépenses pour lesquelles vous dépensez le plus d'argent (produits d'épicerie, vêtements, abonnements, etc.). possible: une application qui vous donne un aperçu de votre situation financière d'un coup d'œil. Certaines banques belges l'offrent déjà aujourd'hui. "

En fait, cette possibilité avait été exploitée par KBC et CBC en mars 201

8, qui étaient le premier sur le marché belge à se lancer dans la banque ouverte.

© Belfius

En réalité, cette banque a créé son application multi-banque . En pratique, un client peut voir tous ses comptes courants, qu'ils soient chez KBC ou chez le concurrent, dans l'application de cette banque . Depuis lors, les banques Belfius et BNP Paribas Fortis se sont également lancées dans l'aventure.

Avertissement

Febelfin rappelle qu'il est approprié de faire preuve de prudence avant d'ouvrir ses comptes à une tierce partie car il est possible que vous ayez affaire à des fournisseurs de services malveillants.

Par conséquent, continue à effectuer la vérification des trois "q" : qui demande la permission, quelles données sont demandées et dans quel but?

Febelfin ajoute que l'identité d'une tierce partie peut être vérifiée via le site internet de l'Autorité bancaire européenne (ABE). " Attention, tous les tiers non licenciés et licenciés sont enregistrés dans ce pays. Si un tiers n'est pas répertorié, ne prenez pas de risques et restez-y" conclut-il.


Source link